LITTÉRATURE

Jean-Pierre ANDREVON

LE PETIT GARÇON QUI VOULAIT ÊTRE MORT
Coll. Le Cabinet Noir
Ed. Manitoba / Les belles lettres

        Le titre de ce recueil est celui de la nouvelle (excellente) qui l'ouvre. Personnellement je l'aurai intitulé "La fin". La mort, l'extinction d'une espèce par l'homme, l'écroulement inéductable d'une civilisation repliée sur elle même, le travail de fossoyeurs en zone de guerre, ou la non-fin des souffrances, tels sont les thèmes qu'abordent les nouvelles de J.P. Andrevon ; des thèmes liés à la Fin.

         Souvent, l'exercice de la nouvelle veut que la chute en soit le point d'orgue, parfois au détriment de l'ensemble du texte ; ce n'est pas le cas de ce recueil. Ici la chute n'a pas réellement d'importance, pas de retournement de situation ou de révélation extraordinaire. L'intérêt de la nouvelle est le texte lui-même, qui n'a pas besoin de suspense pour vous accrocher.

        Les situations sont toutes vécues par des personnages totalement humains, dont les sentiments et les angoisses (autre thème récurent du recueil) sont parfaitement décrits. Le tout est tellement bien ficelé, que l'on regrette que chaque texte ne soit pas plus long, pour continuer à baigner dans l'ambiance et le monde mis en place à chaque fois.

        Également, on se prend à penser que les images invoquées par J.P. Andrevon  pourraient faire l'objet de courts métrages. Les nouvelles "Demain je vais pousser" (les hommes d'un pays trop riche se relaient pour empêcher le mur humain formé par les hommes d'un pays trop pauvre d'avancer), et "Qu'est-ce qui va encore arriver ?" (le travail de deux fossoyeurs aux abords d'un champs de bataille), mériteraient une adaptation par les regrettés René Laloux et Roland Topor.

        Bref, pour conclure, un très bon recueil de nouvelles que vous relirez régulièrement pour l'ambiance, et dans lequel J.P. Andrevon laisser filtrer quelques mises en garde...

LE TYRAN SILENCIEUX

P.S. Pour comprendre pourquoi une adaptation, désormais impossible, par René Laloux, visionnez le court métrage "Les temps morts", réalisé avec Roland Topor, que vous pouvez trouver en bonus du double DVD : La Planète Sauvage & Gandahar (ce dernier tiré du roman de J.P. Andrevon) chez Arte Vidéo.

P.S.2. Jetez un oeil à son travail en collaboration avec le dessinateur Afif KHALED : Jour de Zapping

www.Encre-Mondes.com